Habitat indigne et dégradé : des propositions pour remédier à ce problème d’ampleur nationale

Publié le 12 Décembre 2023

Fin octobre, les maires de Mulhouse et de Saint-Denis ont remis à Patrice Vergriete un rapport exprimant vingt-quatre idées pour lutter contre l’habitat indigne et dégradé, véritable problème d’ampleur nationale. On estime à 400.000 le nombre de ces logements indignes, qui abritent pas moins d’un million de personnes. Le phénomène est d’autant plus important dans les copropriétés, dont 100.000 sur l’ensemble du territoire sont estimées fragiles. Parmi les propositions remises au ministre, on retient la tolérance zéro face aux marchands de sommeil et aux bailleurs qui louent des logements non seulement indignes, mais dangereux.

L’actualité prouve que les risques dans certains logements sont réels, malgré les diagnostics qui sont nécessaires pour louer. Un renforcement de ces diagnostics est proposé, notamment pour prévenir les risques d’effondrement. Mal entretenu, un immeuble dans une zone à risque, soumis au risque RGA, retrait-gonflement des sols argileux, peut s’effondrer après avoir montré des signes de fissure. Au vu des phénomènes récurrents et puissants de sécheresse et d’inondation, particulièrement dans le sud de la France, un diagnostic RGA pourrait être rendu obligatoire pour louer, mais aussi pour vendre un logement. L’ERP est le moyen d’information des risques affectant un logement, pour rappel ce document est indispensable à tout projet immobilier.

« Retour aux actualités
Diagnostics immobiliers
Nos autres prestations